Tout ce qu’il ne faut pas oublier quand on achète un bien immobilier

Lors de l’achat de notre premier bien immobilier, nous étions dans l’émotion, nous ne connaissions pas du tout le marché et nous avons été vite… Trop vite. Tout cela nous a été financièrement fatal. Ou presque. En tout cas, voici les quelques petites choses auquel nous allons faire un peu plus attention la prochaine fois :

Lors de la visite de l’appartement

  1. Etre certain que son amoureux/se ait lui aussi le coup de cœur pour l’appart. Si vous avez tous les deux le coup de cœur (ce qui est assez rare et ce qui était notre cas – ARGH!!) et que le bien (et ses frais annexes) rentre dans votre budget : foncez !
  1. Vérifier les m2 réel de l’appartement. Les vendeurs ont tendances à exagérer. Demander les plans et calculer soi-même avec un mètre électronique. Histoire de négocier le prix au m2.
  1. Négocier le prix au m2 (surtout si l’appartement est un peu plus petit que ce qui est annoncé).
  1. Si tu n’es pas tout à fait certain que le bien vaut le prix qui est demandé, rien ne t’empêche de faire venir un expert… (à tes frais, certes, mais ça peut te faire épargner quelques €). Et puis, l’expert sert aussi à vérifier qu’il n’y a pas de vices cachés, d’humidité, etc.
  1. Se faire accompagner par un pro (genre un corps de métier qui va avoir le coup d’œil pour déceler l’humidité, la qualité du travail et des matériaux, etc.).

Bon OK, l’appart te plait et maintenant ?

  1. Demande à revoir au moins 2 fois voir 3 fois le bien que tu convoites ! Demande à venir à différents moments de la journée (pour vérifier l’ensoleillement, le bruit, etc.) mais aussi vérifie chaque recoin de l’appartement : ouvre les placards, les portes, les fenêtres, les robinets, etc. Il n’y a pas de mal ou de gêne à le faire et ça t’évitera de mauvaises surprises !
  1. Demande à lire le règlement de la copropriété (histoire de vérifier si on peut avoir des animaux, si on peut sous-louer notre appart, si on peut le transformer pour y faire une chambre d’étudiant, si on peut y créer une colocation, etc.). C’est toujours bien de savoir dans quoi on met les pieds.
  1. Demander à lire l’état des comptes de la copropriété histoire d’avoir un aperçu de sa santé financière… on aurait ainsi appris que pas mal de voisins ne paient pas les charges communes, et qu’on allait devoir prendre une assurance (payante) pour contrer cela.
  1. Demander à lire les 3 derniers procès-verbaux de l’AG. Histoire de découvrir l’état des comptes, le règlement de la copro, la gestion de l’immeuble… Ne pas le faire, c’est peut-être se tirer une balle dans le pied. Imagine que tu devras en plus sortir 10.000 euros dans 6 mois pour réparer le toit ou l’ascenseur ? Mauvaise surprise !
  1. Demander à participer à l’AG (je suis pas sûr que c’est légal si on est pas propriétaire, mais pourquoi pas ?). Histoire de prendre la température entre voisins, voir l’ambiance, et découvrir l’état des comptes, la gestion de la co-pro, et les nouvelles propositions de travaux, etc.
  1. Essayer de rencontrer les voisins. Ou en tout cas, papoter avec les passants et commerçants du coin… Histoire de vérifier que c’est un quartier où il fait bon vivre.
  1. Tu es certain que c’est ton appart de rêve ? Ne tarde pas à te décider (d’où l’importance d’être bien préparé avec ta banque) ! Avec Olivier on a loupé un appart parce qu’on a pris 5 jours pour réfléchir alors qu’on savait qu’on le voulait, on attendait juste le retour de plusieurs banques …

C’est décidé, tu l’achètes !

  1. Ne montre pas trop tes émotions au vendeur histoire d’avoir un peu de marge pour négocier le prix.
  1. Fais une offre un peu en dessous de ce que tu es prêt à mettre. Acheter un bien, c’est aussi le négocier. Car sans négociation, pas de fun !
  1. Pourquoi ne pas demander à l’agent immobilier s’il ne peut pas faire un tout petit effort sur sa commission ? Surtout si le bien est en vente depuis longtemps. C’est un peu la honte, mais au final, qui ne tente rien, n’a rien.
  1. Faire offre sans clauses suspensives si tu es tout à fait au clair avec ce que ta banque est prête à te prêter ainsi que tes finances. Sans clause suspensives signifie que tu es à 100% certain de recevoir ton prêt et donc de pouvoir acheter l’appartement.
  1. Demander à lire le compromis de vente avant de te retrouver chez le notaire.

Chez le notaire

  1. Bien choisir son notaire… Généralement quelqu’un qui est transparent sur les comptes. Demandez-lui une facture, et demander lui AVANT de décider de le prendre à combien s’élèvent ses honoraires. Visiblement, ils peuvent varier d’un notaire à l’autre… alors pourquoi ne pas regarder à deux fois avant de le choisir ? Quitte à lui demander un rabais en fonction de ton étude de marché 😉
  1. Vérifie avec le vendeur la date à laquelle le bien sera libre d’occupation et négocie à l’avance le prix de la location (si c’est un locataire, il faudra respecter le contrat de bail, si ce sont les proprios actuels, réfléchi-y avant et négocie cela aussi avant). Avec Olivier, les anciens proprios nous ont mis sur le fait accomplis qu’il resterait 3 mois de plus (leur maison n’étant pas finie) et qu’ils ne payeraient pas plus que 600 euros… Alors que notre appart en vaut en location (garage compris) au moins 1300 euros. On était deg. Olivier a bien réagi en disant 1000 euros ou rien. Mais c’était bête quand même parce que nous, on devait rembourser notre emprunt à la banque de 1500 euros… tout en payant l’appart qu’on louait de l’autre côté… On a juste été pris de court. Même le notaire était étonné !

Si tu as d’autres conseils / expériences à partager merci de laisser un petit commentaire ! L’entraide ça fait toujours plaisir 🙂

 

Rendez-vous sur Hellocoton !
Share on FacebookPin on PinterestTweet about this on TwitterEmail this to someonePrint this page
Vous avez aimé l'article ? Partagez-le ! Et découvrez mes autres articles.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *